Solidarité Internationale

Bertin Mampaka reçoit l’équipe de Viva Riva!

 

Entièrement tourné à Kinshasa, Viva Riva!, du Congolais Djo Tunda wa Munga, restera dans les annales. En compétition aux Oscars du cinéma africain, le film en a raflé six, dont celui de meilleur film, de meilleur réalisateur, de meilleure cinématographie et de meilleure production. Une véritable razzia pour ce premier long-métrage. Cinéaste plein d’avenir, Djo Tunda wa et son équipe ont été reçus à l’Hôtel de Ville par l’Echevin de la Solidarité internationale Bertin Mampaka (cdH) qui a programmé ce film à la 10ème édition du Mois de la Solidarité internationale. A ne pas ratez ce 16 novembre !


Viva Riva! est le premier film tourné au Congo par des congolais (acteurs et réalisateur) en Lingala. Il en ressort un cocktail explosif qui aurait pu être signé Quentin Tarantino. Tout y est : l’émotion, le suspense, l’action, la qualité la réalisation et le talent des acteurs. Reconnu hors du continent africain, Viva Riva! a également été primé au MTV Movie Award, au Festival du film africain de los angeles, à Berlin, etc.

 

« A travers les cineforums que nous organisons, nous avons pour objectif de promouvoir des films d’auteurs du Sud. Viva Riva est une première dans l’histoire du cinéma africain. Nous espérions l’avoir pour notre 10ème édition du Mois de la Solidarité internationale, et c’est chose faite. Le plus important pour moi, c’est que ce film inspirera toute une génération de jeunes qui se diront : Si eux ont pu, moi aussi. Des jeunes qui pourront voir cet exemple de réussite et rêver à leur tour de suivre cet exemple. C’est un film important pour Bruxelles et toutes les communautés qui y vivent. » déclare Bertin Mampaka, Echevin de la solidarité internationale de la Ville de Bruxelles.

 

Pour découvrir toutes les photos de la rencontre, cliquez ici !

 

Colloque : agriculture et souveraineté alimentaire en Afrique

 

Près de 250 personnes ont assisté ce mardi au colloque organisé par Bertin Mampaka à l’Hôtel de Ville. L’Echevin de la Solidarité internationale a précisé dans son discours qu’il était primordial pour la Ville de Bruxelles d’organiser ce colloque au vu des événements bouleversant la Corne d’Afrique.


Depuis des millénaires, l’agriculture tant au Nord qu’au Sud a toujours été l’objet de défis constants afin de garantir une sécurité alimentaire pour tout un chacun. Face à la malnutrition et à l’exploitation des terres agricoles par les pays émergents, les populations locales en Afrique sont souvent dépassées. Dès lors, différentes questions ont été abordées à l’occasion de ce colloque : L’installation d’une agriculture industrielle peut-elle apporter une solution comme vecteur de croissance en Afrique ? Quels sont les défis à relever pour garantir une souveraineté alimentaire par et pour les Africains ? Cette conférence s’est focalisée sur la Région de l’Afrique de l’Est avec des invités spéciaux du Niger.


L’Echevin Bertin Mampaka a également rappelé que la Ville de Bruxelles était particulièrement active dans le domaine de la solidarité internationale. En effet, ce 30 septembre marque l’inauguration de la 10ème édition du Mois de la Solidarité internationale, dont nous vous donnerons d’ici peu plus d’informations. Inscrivez d’ores et déjà à vos agenda, la date du 12 novembre 2011 : soirée de concerts gratuits au Cirque Royal en solidarité avec la Corne d’Afrique.

 

L’ong FIAN a réalisé un état des lieux sur  l’introduction de l’agriculture moderne/industrielle en Afrique et la situation alimentaire en Afrique de l’Est. Mme Maartje Houbrechts, représentante du FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations), a insisté sur le fait que les clubs d'écoute communautaires au Niger et en République démocratique du Congo sont des mécanismes d'information et de communication participative centrés sur l'action pour le développement et la sécurité alimentaire.

 

Invitée spéciale du colloque, l’ong nigérienne VALPRO représentée par Mme Hama Zeinabou et M Ouedraogo Nathanael a présenté au public un exemple concret de projet  pour pallier à la malnutrition au Niger, avant de partager le point de vue de l'ong locale sur l'introduction de l’agriculture industrielle pour garantir la souveraineté alimentaire au Niger. Koen Van Troos de l’ong Vétérinaires sans Frontières a insisté sur l’importance d’optimaliser l'élevage pour assurer la souveraineté alimentaire. Luis Vandaele du Comité Belgo Brésilien a présenté un exemple de synergie entre les paysans organisés et le Gouvernement Brésilien : la mise en place de deux programmes d’aide à l’agriculture qui de façon combinée renforcent l’agriculture paysanne et augmentent la sécurité et la qualité de l’alimentation.

 

L’Ambassadeur du Niger à Bruxelles a conclu ce colloque. Jean Jacques Grodent, de l’ong SOS Faim, a permis grâce à ses talents de modérateurs de garantir une excellente qualité au débat.


 

More Articles...

Facebook Friends