RDC : B.Mampaka « La Belgique doit assumer ses responsabilités en Afrique centrale »

 

A l’heure où les rebelles du M-23 avancent vers Goma avec l'objectif avoué d'encercler la ville tenue par l'armée régulière pour la faire tomber, les sanctions tombent en cascade contre le Rwanda. Après les Etats-Unis, et les Pays-Bas, c’est au tour de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne de suspendre le versement de leur aide budgétaire au Rwanda.

 

Je regrette la timide réaction de notre Ministre des Affaires étrangères face à la gravité de la situation qui mérite mieux qu’une simple déclaration d’intention. La seule intervention de la Belgique dans ce conflit doit-elle se résumer à interdire les manifestations à Bruxelles, à brimer et à diaboliser les citoyens belges d’origine congolaise qui réclament à tue-tête l’intervention de notre gouvernement ?

 

N’oublions pas que la Belgique partage plus de 80 ans de vie commune avec le Congo. Le conflit congolais est le plus meurtrier que notre planète ait connu depuis la seconde guerre mondiale avec plus de 6 millions de mort. Ce chiffre inconcevable aurait dû à lui tout seul alarmer la communauté internationale toute entière depuis longtemps et la Belgique en premier. Cinquante ans après avoir été le théatre d’épurations ethniques, de déplacements de population, de massacres attisés entre Lubas et Luluas, Hutus et Tutsis, le Congo, le Rwanda et le Burundi se trouvent aujourd’hui parmi les zones les plus enflammées d’Afrique centrale.

 

Face à l’évolution des relations entre la Belgique et ses anciennes colonies, ne devrions-nous pas objectivement nous poser certaines questions existentielles ?

 

Pendant que des petits nationalistes « s’entretuaient » pour le pois-chiche qui se trouve dans leur assiette, le monde a évolué à toute allure avec l’arrivée des technologie de l’information et de la communication. La géopolitique est aujourd’hui conditionnée, influencée ou dirigée par le cours du pétrole, du gaz et d’autres matières premières. Dans un monde globalisé, la Belgique ne manque-t-elle pas d’une vision sur la scène internationale ? Faut-il rappeler à nos diplomates des affaires étrangères que la crédibilité de notre petit royaume sur la scène internationale avant et après la seconde guerre mondiale était sérieusement renforcée par son expertise, son influence et sa manière de gérer ses relations avec ses ex-colonies. L’élite belge qui ne trouve dans le drame qui dure depuis le départ de Mobutu qu’un conflit tribal entre noirs n’aurait-elle pas perdu la capacité de clairvoyance nécessaire à la défense des intérêts des victimes innocentes et du peuple belge ?

 

Ce qui me trouble et m’attriste, c’est de voir que les mêmes schémas traditionnels coloniaux se transmettent de père en fils. Il est temps que la diplomatie belge se fixe des critères d’exigence dans la composition des hauts fonctionnaires des affaires étrangères afin de se doter d’une capacité d’analyse exemplaire à l’instar des USA, de la France et de l’Angleterre. Ne serait-il pas judicieux d’associer et d’impliquer dans les réflexions de géopolitique internationale l’élite de la diaspora congolaise, burundaise et rwandaise à des sujets sur lesquels ils garantiraient l'intérêt de la Belgique tout en allégeant les souffrances de leur pays d’origine ?

 

Pour ne pas abuser de l’attention des lecteurs de cette note, je me dois de conclure brutalement en disant qu’il est urgent que le Ministre des affaires étrangères dépose sur la table du gouvernement une sanction immédiate à la hauteur de la responsabilité de la Belgique par rapport aux Etats-Unis, Allemands, Anglais et autres états démocratiques alertés par le drame humain en cours.

 

 

Bertin MAMPAKA

Vice-président du Parlement bruxellois

Echevin de la Solidarité internationale de la Ville de Bruxelles

 

 

 


Pour information : Déclaration de Bertin Mampaka du 26 juillet 2012 :


Bertin Mampaka « Guerre au Congo : qui ment et pourquoi ? »

 

En lisant « Le Soir » du 26 juillet, je constate que mon communiqué du 19 juillet où je dénonçais la reprise des violences à l’Est du Congo a trouvé un écho.   Cependant,...

Lire la suite

Pour information : Déclaration de Bertin Mampaka du 19 juillet 2012 :


Guerre à l'est du Congo : J'ACCUSE

L’Est du Congo s’est à nouveau embrasé. C’est avec indignation que j’apprend qu’une poignée de militaires s’est à nouveau révoltée avec les conséquences désastreuses que sont les déplacements de populations, viols, tueries, famines, épidémies,... Des morts, encore des morts, toujours des morts. Lire la suite

Share this post

Facebook Friends